Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

socialisme

  • Le catholicisme est un gauchisme

    catholicisme, christianisme, gauchisme, socialisme, gauche, , Afrique, saint Paul, Yougoslavie, sexe, opération bol de riz,égalité,élitisme,Eglise,Nietzsche,Cioran

    S’il est un malentendu à dissiper d’urgence dans ce pays, c’est l’idée selon laquelle le catholicisme serait de droite. Qu’il serait le rempart des valeurs traditionnelles, j’en passe et des meilleures. A vrai dire, depuis qu’on a un pape probablement athée, à coup sûr d’extrême gauche, et qui appelle tous les jours à l’invasion de l’Europe par le tiers monde, toute démonstration est inutile. Je me plais d’ailleurs désormais à envoyer la photo qui sert d’illustration à cet article pour toute réponse à tous ceux qui osent me faire l’apologie de cette horrible église communiste.

    Mais le catholique moyen est du genre tenace. L’un d’eux me prétendait l’autre jour que ce pape n’était pas représentatif. Qu’au fond il ne représenterait que lui-même. C’est évidemment une énormité, car si ce gauchiste qui lèche goulument les godasses de tous les Africains qui passent à sa portée a été élu, c’est bien parce que la majorité des cardinaux sont acquis à sa cause. Et la majorité du clergé tout court, car ce ne sont tout de même pas des dissidents qui sont nommés cardinaux, que je sache. Il suffit d’ailleurs de zapper le dimanche sur n’importe quelle messe pour entendre inévitablement un couplet sur les malheureux migrants et autres damnés de la terre à aider d’urgence, et dont l’importation massive en Europe est le premier devoir de tout bon chrétien. J’ai même entendu parler d’un curé qui prétendait que nos ancêtres étaient esclaves en Egypte, et que par conséquent, nous étions d’anciens migrants. Pour ma part, quitte à baser ma pensée sur des histoires farfelues du Proche-Orient ancien, je me sentirai plus proche des Cananéens, ces gens qui n’avaient rien demandé à personne, et se sont fait emmerder par des gugusses qui se croyaient tout permis dans un pays qui n’était pas le leur. Bref. Il faut la mauvaise foi la plus totale, ou l’aveuglement le plus extrême pour ne pas voir que ce discours n’a rien de patriotique, et qu’il relève du socialo-communisme en phase terminale.

    Et cela ne date pas d’hier : enfant, scolarisé dans une école catholique plutôt petzouille à Marc-en-Baroeul, je me souviens d’interminables sermons sur la famine en Afrique, ou sur la méchanceté des Serbes de Milosevic, si justement bombardés par l’OTAN. Chaque année, nous avions même droit à un truc nommé « opération bol de riz », qui consistait, tenez-vous bien, à bouffer un bol de riz blanc à la place du repas normal de la cantine, et à reverser la différence au profit des sempiternels affamés, qui n’arrivent pas à manger à leur faim parce qu’on les a colonisés il y a deux ou trois siècles. Une rapide recherche google m’a d’ailleurs appris que cette pitrerie humanitaire ostentatoire était répandue dans d’autres établissements partout en France. Des gosses de riches qui se goinfrent de carambars à longueur de journée, qui vont en vacances au bout du monde et se moquent des autres s’ils n’ont pas de vêtements de marque s’achètent une bonne conscience en se privant du repas de midi pour reverser 50 centimes à des pays que nous inondons de fric depuis des décennies, en pure perte. Toute la connerie et l’hypocrisie gauchiste résumée en 30 secondes. Que ces gens gagnent 5000 euros par mois et votent LR à longueur d’élection n’y change rien : ils sont gauchistes jusqu’à la moelle.

    Reculant sur une troisième ligne de défense, notre catholique patriote ira nous dire que ça foire depuis Vatican II. Qu’avant ça n’était pas comme ça. Il suffit hélas de lire les écrits des premiers chrétiens comme saint Paul pour constater que ces gens étaient, comme le disait Cioran, des cocos de l’antiquité. Les riches sont des méchants, le monde actuel est mauvais, les grands hommes c’est des vilains, le passé n’est que ténèbres, et la culture classique ça ne casse pas des briques. Le tout écrit dans un grec dégueulasse de zadiste sous-éduqué. Mis à part le coté coincé du cul, tout y est de A à Z.

    Ce que ne comprennent pas, au fond, les cathos tendance Figaro/Valeurs actuelles, faute de s’être intéressés sérieusement à l’antiquité, c’est que le christianisme, à la base, n’est absolument pas traditionnaliste ni conservateur, et encore moins identitaire, tout au contraire. C’est avec le temps, notamment après avoir phagocyté l’Empire romain, que l’Eglise a commencé à mettre de l’eau dans son mauvais vin, jusqu’à pouvoir paraitre de droite de nos jours. Mais les enseignements fondamentaux du christianisme sont profondément de gauche. Egalité de tous les hommes. Hostilité à l’égard des riches et des puissants. Méfiance vis-à-vis de toute excellence, de tout élitisme, dans le domaine intellectuel ou physique. Vision globalement négative du passé. Moralisme permanent. Manichéisme systématique. Culpabilisation incessante. Etc, etc. La seule vraie divergence par rapport au gauchisme contemporain, c’est le rapport au corps et à la sexualité. En admettant qu’un puritanisme maladif vaille mieux que les tendances pipi-caca-préservatif-ivg, ce dont je ne suis pas tout à fait sûr. Ce ne sont, en réalité, que les deux facettes d’une même médaille, signe d’un rapport problématique au sexe et au corps, à des années-lumière du naturel antique.

    J’irai plus loin : non seulement le christianisme est de gauche, mais c’est précisément lui qui a rendu le monde de gauche. Pour ne prendre qu’un exemple, les Romains de Caton ou les Grecs de Périclès n’avaient que faire de la misère du monde. Ils songeaient à la grandeur de leur famille, de leur cité, voire de leur civilisation et laissaient les gens moins doués qu’eux se débrouiller avec leurs problèmes. On a noirci des milliers de pages pour dire à quel point cette manière de penser était égoïste, étroite, inférieure à la façon moderne, chrétienne de voir le monde. Les x milliards d’Euros dépensés par l’Europe depuis des décennies pour aider des pays en développement qui ne se développent toujours pas valent mieux que tous les longs discours, et suffisent à démontrer l’inanité de cet humanitarisme dégoulinant de bonnes intentions. Tous ces puits creusés qui s’écroulent six mois après, ces sacs de riz distribués par milliers de tonnes, n’ont pour seul effet tangible que de donner bonne conscience à des bobos en manque d’auréole, et de les aider à mieux dormir la nuit. Nous balançons dans le vide je ne sais combien de programmes Apollo depuis des années, avec comme seul horizon une sorte de parousie matérialiste mondiale qui n’arrivera jamais. Pour ma part, je me moque fort du bien être des gens du continent d’à côté. Ils ne se préoccupent d’ailleurs pas du mien (qu’on pense seulement à ces gens qui, par plaisir de bouffer des animaux sauvages dégueulasses, nous refilent des épidémies depuis des siècles…).

    De même, on se préoccupe depuis des années des élèves en difficulté sans jamais réussir à en faire des ingénieurs ou des philologues. Il faut lire à ce sujet l’inénarrable Daniel Pennac, référence de tant de pédagogues : il explique que le premier de la classe sait se débrouiller tout seul, qu’il n’a pas vraiment besoin du professeur. Au contraire ce sont les gagas qui ont besoin d’être accompagnés, soutenus, assistés. C’est comme si l’on expliquait à un entraineur de se concentrer sur les sous-doués, et de laisser courir les autres tout seuls. Avec de pareilles méthodes, il va sans dire qu’on n’aurait jamais formé de coureur valable. Car, bien évidemment, ce sont les gens les plus brillants qui ont le plus besoin de conseils, afin d’atteindre l’excellence, et certainement pas les neuneus, qui de toute manière n’arriveront jamais à grand-chose. Cette prédilection, dans tous les domaines, pour ce qui est faible, raté, imparfait, défaillant, est dans l’ADN même de la gauche. Et c’est un héritage en droite ligne de la doctrine prônée par l’Eglise, comme Nietzsche le constatait déjà. C’est aussi l’exact contraire de la vision grecque du monde, basée sur l’élitisme, la saine émulation, et l’exaltation des meilleurs. Le résultat de ces bêtises, à l’école comme ailleurs, est connu : un effondrement total de notre système d’éducation, jusqu’aux professeurs eux-mêmes, dont le niveau actuel est absolument consternant.

    Je sais très bien qu’au fond, les hommes ne voient que ce qu’ils ont envie de voir. Des générations de gens vont donc pouvoir continuer à s’imaginer patriotes, de droite, voire nationalistes ou tout ce que vous voulez, tout en souscrivant à toutes les bases idéologiques les plus crapoteuses de la gauche. Après tout, il y a bien des écologistes collectionneurs de 4x4 et des communistes millionnaires...

  • Les Talibans en Amérique

    Durham, statue confédérée, Charlotteville, Lee, gauchisme

    Les ignorantins de gauche ont encore frappé. Enfin, pas chez nous au moins, mais, pour une fois, aux Etats-Unis. Ça fait des années qu’on se tape des histoires de poissons pédés, d’hommes-femmes et j’en passe, ça ne peut pas toujours tomber sur nous. Dernier combat en date : déboulonner les statues sudistes des Etats Unis, à commencer par celles du général Lee. Don Quichotte attaquait bien les moulins.


    Au menu : désinformation historique et simplifications grossières en tout genre, scènes dignes d’un péplum biblique (où de la prise de Mossoul par l’état islamique) où l’on brise les idoles des méchants, émeutes fabriquées de toutes pièces avec quelques hurluberlus suprémacistes qui seraient parfaitement insignifiants si les médias ne montaient pas l’affaire en épingle. Et bien sûr, un martyr à la Guy Moquet, souvent un pauvre gamin jeté en pâture aux vilains et censé prouver la justesse de la cause. La gauche adore envoyer des gosses au charbon contre les fachos pour disposer d’un argument de plus. Tertullien, avec son histoire de sanguis martyrum, avait déjà bien compris le stratagème.


     Du coup, évidemment, on ne peut plus imaginer une seconde défendre ces statues, elles ont fait un mort quand même ! Faut obligatoirement être un méchant néo-nazi et tout et tout ! Pour ma part, je me fous de la guerre civile américaine comme de mes premières chemises, mais quand même, on va effacer du passé de chaque pays tout ce qui n’est pas de gauche ? Les grands hommes n’en seront plus s’ils sont suspectés d’avoir été un peu xénophobes sur les bords ? Et quand nos historiens du dimanche auront découvert que les adversaires de Lee, comme le général Custer, ont massacré les Indiens, on jettera les statues du camp adverse à la poubelle aussi ? On nage en plein délire.


    Tout ça, j’oubliais de le préciser, vient de gens qui nous bassinent à longueur de journée avec la Mémoire et les commémorations pas assez commémorées. Imaginons que les hommes du futur soient tous socialistes et divisent le monde entre gentils et méchants, ils comprendront quoi, au juste, si on efface tous les vilains des manuels ? En admettant d’ailleurs que le général Lee soit vraiment un salopard et un traitre, comme le prétendent des sous merdes qui n’ont surement jamais combattu pour leur pays ni ouvert un livre d’histoire. C’est bizarre quand même, les Américains d’il y a quelques décennies (1975) avaient rétabli feu Robert Lee dans ses droits civiques. Un célèbre modèle de char de la seconde guerre mondiale porte son nom. L’Amérique qui a combattu le nazisme célébrait donc un infâme monstre raciste ?


    Ou alors, mais j'ai sans doute l’esprit mal tourné, l’Amérique de la seconde moitié du vingtième siècle avait plus de recul, un regard plus apaisé sur son passé. Elle était capable, peut-être, de regarder, au-delà des erreurs personnelles, les qualités d’un homme qui en avait surement, notamment d’un point de vue militaire.


    Chez nous, Jospin et consorts crachent depuis longtemps sur Napoléon, qui a fait la moitié de la France actuelle, sous prétexte qu’il n’était pas de gauche. Un peu comme un islamiste condamnera un poète préislamique, aussi brillant soit-il, parce qu’il ne partageait pas sa foi. A défaut de nous enseigner l’histoire, ces gens nous auront appris ce qu’est la haine de soi.

  • Un singe socialiste: le bonobo

    bonobo, singe, socialiste, socialisme, féminisme, pacifisme, folisophes,patriarcat, matriarcat, pensée ambiante, anglo-saxons, amérique

    Le bonobo est, selon les scientifiques, qui comprennent si bien le monde, un animal très proche de l’homme. Il a en effet plus de 95/100 de gènes en commun avec nous. A vrai dire, il est surtout très proche du socialisme et de la pensée ambiante. Jugez plutôt : peu bagarreurs, au contraire des chimpanzés, les bonobos passent leur temps à s’enculer. Ils pratiquent diverses positions, et beaucoup d’entre eux ont des relations avec les individus de même sexe. En outre, ce sont, chez eux, les femelles qui prennent les décisions importantes. Il n’en faut pas plus aux décadents actuels pour admirer cette merveilleuse espèce, par ailleurs en voie d’extinction. Les grands esprits se rejoignent, décidément.

    Transformer chaque jour un peu plus les hommes en mendigots pacifico-nihilistes auto-introspecteurs enculeurs travailleurs (comme dirait Céline), voici la noble tache que se sont donnés certains intellectuels et médias. Comme le bonobo, l’européen moderne ne fera pas la guerre (sauf quand l’Amérique et ses alliés le lui ordonnent). Comme lui, il n’aura d’attention, de passion que pour son service trois pièces, laissant la politique aux grandes personnes. Pour l’harmonie de son couple, il inversera les stupides schémas patriarcaux, pour laisser place au matriarcat, d’après les excellents conseils des folisophes féministes anglo-saxonnes.

    On nous montre certes beaucoup d’animaux à la télévision. Mais ce qu’on propose en exemple, en modèle pour l’homme, ce n’est ni la liberté du papillon ou du cheval sauvage, ni la beauté élégante des panthères, mais un grotesque singe obnubilé par sa bite. Ça ne s’invente pas. 

  • Victoire du FN aux européennes

    victoire fn,élections européennes,benjamin biolay,bhl,yannick noah,chant des partisans,socialisme,bernard henri levy

     

     

     

     

     

     

     

    Aux armes citoyens ! Péril en la demeure ! Le FN vient de foutre une branlée (dixit Cambadélis) aux forces du bien. Remarquez, si j’en crois nombre de fins analystes, 25/100 de 44/100 de votants, ce n’est pas tant que ça. Un dixième des français seulement. Trois pelés et un tondu, en quelque sorte. Faut pas demander pour les 14/100 du PS…Mais passons.

    Déjà, nos bataillons d’artistes subventionnés sont au garde à vous pour défendre la vraie France. Yannick Noah, qui aime profondément notre pays (excepté pour y payer l’impôt sur le revenu) a pris la parole. Dieu merci, il ne nous a pas pondu de nouvelle chanson. Benjamin Biolay, en revanche, a composé un remake du chant des partisans. Entre deux séquences qui ressemblent à de la musique d’ascenseur, d’indigestes couplets qui rappellent le rap, et un refrain qui reprend la première phrase de la chanson mère sur un rythme différent. Y a pas à dire, les socialos de 39-40 écrivaient mieux.

    Notre ami BHL, quant à lui, satisfait de son travail en Lybie, où règne désormais le chaos le plus total, s’est fendu d’une tribune délicieusement inquisitoire, dans la plus pure tradition mosaïque (à ceux qui me croient mauvaise langue, je conseillerais une lecture du Deutéronome, qui enjoint de mettre à mort ceux qui ne pensent pas comme il faut). Dans ce texte inspiré, BHL nous rappelle qu’il est interdit de préférer Poutine à l’oncle Sam. De dénoncer l’influence des Emirats pétroliers. De remettre en cause les guerres ou tentatives de guerres coloniales des néoconservateurs contre la Lybie, la Syrie, etc. Et bien sur, de s’opposer à l’islamisation de l’Europe.

    Belle philosophie, en vérité, qui explique au peuple qu’il a mal voté, et nous montre comment il faut penser. Le tout au service des néoconservateurs américains et de leurs chienchiens orientaux. Merci de nous montrer la voie de la lumière, Bernard !

    Laissons de coté la fantomatique et grotesque mobilisation de quelques lycéens et étudiants bobos gauchistes, qui feraient mieux de réviser leurs examens, et essayons à notre tour de réfléchir sur la montée du FN. Pour ma part, je pense que pour endiguer le vote FN il faudrait :

    -Que les français se sentent davantage écoutés par un président complètement autiste, qui les « entend », sans jamais dévier de sa ligne.

    -Que la gauche redevienne sociale, au lieu de verser dans les diversions sociétales et antiracistes, qui ne sont, chacun s’en rend compte, que des écrans de fumée destinés à faire oublier les vrais problèmes, et à rétribuer des lobbys et des communautés pour leur soutien.

    -Que la droite redevienne nationale, au lieu de ne penser qu’au pognon. Cette « droite, républicaine, libérale et modérée », les français finissent par s’en rendre compte, n’est qu’une vieille pute sans conviction, obnubilée par le fric.

    -Que la classe politico-médiatique retrouve une VRAIE diversité, afin que se mette en place un débat politique authentique, à la place de cet actuel dialogue de sourds entre putes du système et dissidents plus ou moins inspirés.

    -Et par pitié, que BHL, Bruel, Biolay, Noah et compagnie ferment leur gueule. Parce qu’avec des ennemis pareils, le FN n’a pas besoin d’amis.

  • Discours de Maurice Allard (1905)

    Marice Allard député socialiste

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il fut un temps où l’on pouvait être député sans être inculte et socialiste sans être l’idiot utile des religieux. La preuve avec ce discours de Maurice Allard, lors du débat parlementaire sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905.

    « Il faut le dire très haut : il y a incompatibilité entre l’Eglise, le catholicisme ou même le christianisme et tout régime républicain. Le christianisme est un outrage à la raison, un outrage à la nature. Aussi je déclare très nettement que je veux poursuivre l’idée de la Convention et achever l’œuvre de déchristianisation de la France qui se poursuivait dans un calme parfait et le plus heureusement du monde jusqu’au jour où Napoléon conclut son Concordat (…) Pourquoi nous républicains, et surtout nous socialistes, voulons-nous déchristianiser ce pays ? Pourquoi combattons-nous les religions ? Nous combattons les religions parce que nous croyons, je le répète, qu’elles sont un obstacle permanent au progrès et à la civilisation. Le jour où le dieu anthropomorphe des Juifs quitta les bords du Jourdain pour conquérir le monde méditerranéen, la civilisation disparut du bassin de la Méditerranée, et il faut remercier les empereurs romains qui ont combattu de toutes leurs forces cette philosophie puérile et barbare, si contraire au panthéisme et au naturalisme de notre race ; il faut remercier Julien l’apostat qui fit tous ses efforts pour combattre le fléau (…)

     Et plus tard, quand le christianisme quitta Rome et la Grèce, où il avait étouffé toute civilisation et où il n’avait laissé que ruines et décombres, et arriva en France, il n’y eut plus en notre pays ni arts, ni lettres, et surtout ni sciences.

     Il fallut la Renaissance, il fallut la Révolution pour redonner au cerveau de notre race sa véritable puissance de normale évolution et sa possibilité de progrès. Sous l’influence du judéo-christianisme, toute lumière avait disparu ; il n’y avait plus que ténèbres. Aujourd’hui encore, combien de progrès ne sont pas réalisés parce que nous trainons derrière nous ce lourd boulet de judéo-christianisme avec son cortège de mensonges et de préjugés traditionnels.

     Nous combattons donc la religion parce que nous voyons dans la religion le plus grand moyen qui reste entre les mains de la bourgeoisie, entre les mains des capitalistes pour conserver le travailleur dans un état de dépendance économique. Voilà pourquoi nous faisons la guerre à tous les cultes et pourquoi nous en sommes les adversaires les plus acharnés.