Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

statues

  • Qu'est-ce que le paganisme ?

    La jeunesse de bacchus,Youth of Bacchus, Dionysos,BouguereauSi répéter des conneries en boucle ne les rend pas vraies pour autant, ça a le fâcheux effet de les ancrer dans l’inconscient collectif. C’est ainsi que depuis des siècles, sous l’influence des religions monothéistes, on déverse sur le polythéisme antique un tombereau de calomnies dans lesquelles la mauvaise foi le dispute à l’ignorance. L’islam et le christianisme, qui ont foutu la merde de Dunkerque à Tamanrasset avec leurs histoires à dormir debout, leur intolérance invraisemblable et leur morale pourrie ont d’ailleurs tout intérêt à faire croire qu’auparavant, tout n’était que ténèbres. Et ça marche. De nos jours, le crétin de base est persuadé que le paganisme consiste à vénérer des statues et à égorger des jeunes filles nues sur un autel, comme dans les péplums.


    Il ne faut pas être grand historien pour savoir que les anciens Grecs, par exemple, étaient assez malins pour ne pas confondre un dieu et sa représentation : on trouvait dans chaque ville des statues de Zeus, il n’y avait pas pour autant cinquante Zeus sur l’Olympe. Quant aux rares exemples de sacrifices humains attestés à l’époque classique ou hellénistique, cela se limitait d’habitude à liquider deux ou trois prisonniers de guerre pour encourager les soldats. Et honnêtement, venant de gens qui dédouanent les religions actuelles des atrocités commises à l’échelle industrielle en leur nom depuis des siècles, je trouve un peu fort de café d’accabler l’antiquité pour quelques bonhommes sacrifiés à Bélénos ou Apollon.


    Mais ces enfantillages ne sont pas très intéressants. Ce qui l’est davantage, c’est de comprendre en quoi le paganisme (au sens large, pas uniquement la religion, mais la pensée en général) se caractérise. Même si l’on n’y adhère pas, la démarche est autrement plus enrichissante que de répéter les bêtises habituelles, car cela permet de se positionner sur l’échiquier des idées. Je dirais donc que la pensée antique se caractérise par :
     
    -Une attention à la pluralité. Pluralité des causes, des points de vue, des dieux, des hommes. Renverser et briser une tasse de café à terre n’est pas un évènement à cause unique : les causes en sont l’inattention, les dimensions de la table, la solidité de la tasse, la dureté du sol, etc. La cause unique, c’est l’invention des esprits paresseux qui refusent de chercher ces multiples causes et se contentent d’une seule. La pluralité des points de vue, c’est ce qui permet le débat, la réflexion, la philosophie. Il n’y a pas une vérité qui s’impose éternellement, on peut discuter de tout et tout remettre en cause, chaque avis ayant sa valeur s’il est étayé.


    Cette pluralité s’oppose évidemment au manichéisme. Il suffit de comparer l’ancien testament et Homère pour voir toute la finesse qui en résulte. Les ennemis des Grecs, les Troyens ne sont pas des suppôts du diable, ils ont certains dieux de leur côté, ont leurs raisons de se battre, ils ont des sentiments et de la noblesse. Il n’a pas de conflit entre Bien et Mal, seulement des luttes entre différentes forces, différentes causes, servies par des gens plus ou moins honnêtes ou intelligents dans chaque camp. Bush junior et nos progressistes feraient bien fait de lire l’Iliade, ça leur permettrait d’éviter de diviser le monde entre gentils et méchants.
     
    -Importance de l’immanence, du terrestre. Les dieux Grecs, d’ailleurs, excepté chez certains philosophes, ne sont pas conçus comme en dehors du monde, mais dans le monde. Les dieux grecs sont la personnification de réalités tangibles : la nature, la beauté, le plaisir, la ruse, l’intelligence. Les dieux sont donc visibles, et la foi n’a par conséquent aucune place dans le polythéisme. Puisque le monde visible est la seule réalité, l’au-delà n’a du coup pas la même importance que dans les religions de salut actuelles (le polythéisme égyptien, qui a d’ailleurs pas mal influencé le judaïsme, est à part). Entre autres avantages, ça évite d’avoir des illuminés qui se font exploser pour aller au paradis.
     
    -L’absence de morale religieuse. La morale est une affaire humaine et les esprits quelque peu affutés ont très vite réalisé qu’elle variait en fonction des pays et des époques, sans qu’un modèle évident arrive à s’imposer. Du coup, la littérature religieuse des anciens se limitait essentiellement à des récits mythiques et à des hymnes. Pas de livre révélé vous expliquant comment votre femme doit s’habiller ou si vous avez le droit de câliner la voisine.
     
    On pourrait sans doute trouver d’autres points, mais ceux-ci me semblent résumer l’essentiel et contenir en germe tous les autres. Les plus attentifs de mes lecteurs auront remarqué que cet esprit est en quelque sorte la négation de tout ce qui nous dérange actuellement dans les religions : la vérité incontestable des livres soi-disant révélés, le manichéisme, l’obsession de l’au-delà, le puritanisme malsain. M’est avis d’ailleurs que pas mal de gens, homologues spirituels de M. Jourdain, sont païens sans le savoir.

  • Les Talibans en Amérique

    Durham, statue confédérée, Charlotteville, Lee, gauchisme

    Les ignorantins de gauche ont encore frappé. Enfin, pas chez nous au moins, mais, pour une fois, aux Etats-Unis. Ça fait des années qu’on se tape des histoires de poissons pédés, d’hommes-femmes et j’en passe, ça ne peut pas toujours tomber sur nous. Dernier combat en date : déboulonner les statues sudistes des Etats Unis, à commencer par celles du général Lee. Don Quichotte attaquait bien les moulins.


    Au menu : désinformation historique et simplifications grossières en tout genre, scènes dignes d’un péplum biblique (où de la prise de Mossoul par l’état islamique) où l’on brise les idoles des méchants, émeutes fabriquées de toutes pièces avec quelques hurluberlus suprémacistes qui seraient parfaitement insignifiants si les médias ne montaient pas l’affaire en épingle. Et bien sûr, un martyr à la Guy Moquet, souvent un pauvre gamin jeté en pâture aux vilains et censé prouver la justesse de la cause. La gauche adore envoyer des gosses au charbon contre les fachos pour disposer d’un argument de plus. Tertullien, avec son histoire de sanguis martyrum, avait déjà bien compris le stratagème.


     Du coup, évidemment, on ne peut plus imaginer une seconde défendre ces statues, elles ont fait un mort quand même ! Faut obligatoirement être un méchant néo-nazi et tout et tout ! Pour ma part, je me fous de la guerre civile américaine comme de mes premières chemises, mais quand même, on va effacer du passé de chaque pays tout ce qui n’est pas de gauche ? Les grands hommes n’en seront plus s’ils sont suspectés d’avoir été un peu xénophobes sur les bords ? Et quand nos historiens du dimanche auront découvert que les adversaires de Lee, comme le général Custer, ont massacré les Indiens, on jettera les statues du camp adverse à la poubelle aussi ? On nage en plein délire.


    Tout ça, j’oubliais de le préciser, vient de gens qui nous bassinent à longueur de journée avec la Mémoire et les commémorations pas assez commémorées. Imaginons que les hommes du futur soient tous socialistes et divisent le monde entre gentils et méchants, ils comprendront quoi, au juste, si on efface tous les vilains des manuels ? En admettant d’ailleurs que le général Lee soit vraiment un salopard et un traitre, comme le prétendent des sous merdes qui n’ont surement jamais combattu pour leur pays ni ouvert un livre d’histoire. C’est bizarre quand même, les Américains d’il y a quelques décennies (1975) avaient rétabli feu Robert Lee dans ses droits civiques. Un célèbre modèle de char de la seconde guerre mondiale porte son nom. L’Amérique qui a combattu le nazisme célébrait donc un infâme monstre raciste ?


    Ou alors, mais c’est sans doute moi qui ait l’esprit mal tourné, l’Amérique de la seconde moitié du vingtième siècle avait plus de recul, un regard plus apaisé sur son passé. Elle était capable, peut-être, de regarder, au-delà des erreurs personnelles, les qualités d’un homme qui en avait surement, notamment d’un point de vue militaire.


    Chez nous, Jospin et consorts crachent depuis longtemps sur Napoléon, qui a fait la moitié de la France actuelle, sous prétexte qu’il n’était pas de gauche. Un peu comme un islamiste condamnera un poète préislamique, aussi brillant soit-il, parce qu’il ne partageait pas sa foi. A défaut de nous enseigner l’histoire, ces gens nous auront appris ce qu’est la haine de soi.