Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

égalité

  • Un poème pour la journée de la femme

    Garde ta beauté, tendre amie dont l’élégante nonchalance m’est si douce.

    Ne prête point l’oreille à ce tumulte de grotesques qui, n’étant d’aucun sexe, veulent des droits et des devoirs égaux pour l’homme et pour la femme.

    La Beauté du monde est dans la variété et l’inégalité ; sache-le bien : il n’y a rien d’égal, il n’y a rien de semblable.

    Laisse ces êtres qui ne savent plus charmer essayer de dominer ; laisse-les devenir docteur ou député, artiste ou savant : la force leur manque autant que la Grâce.

    Parce qu’elles ont voulu se mettre en dehors de la nature, parce qu’elles n’ont pas senti la grandeur de la femme, qu’elles soient l’être incomplet qu’elles ont rêvé, qu’elles deviennent ce monstre : le bas bleu !

                Ô souveraine, ô dominatrice, ô déesse !

                Toi qui nous gouvernes

                Par la toute-puissance de ton sourire et de tes larmes,

                Et caches tes pouvoirs dans ton geste et ta caresse,

                Que je te sacre de ton nom glorieux : Ô Femme !

     

                (…)

    Hugues Rebell, Chants de la Pluie et du Soleil, XCI