Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Critique des dogmes

  • L'imposture des rondes (et autres mannequins plus size)

     

    La perversion dans la cité commence par la fraude des mots, dit une citation, hélas non référencée, de Platon. Quel plus bel exemple que le phénomène des « rondes », lancé par divers médias depuis quelques années ? Sous prétexte de réagir aux standards, il est vrai ridicules, de la mode actuelle, qui glorifient des asperges anémiques totalement disproportionnées, divers sites internet/magazines/blogueurs se mettent à faire l’apologie de l’obésité, renommée pour l’occasion « rondeur ». Les vraies femmes, Monsieur, elles font 80 kilos ! Et encore. La fameuse Lizzie Miller, qui a fait la une d’un magazine il y a quelques années, du haut de son mètre 80 et de ses 79 kilos, ne serait pas tout à fait ronde, si j’en crois certains spécialistes. Pulpeuse, tout au plus, voire maigrichonne !

    Un rapide coup d’œil aux statistiques, en admettant que la réalité ne vous saute pas aux yeux, montre bien qu’on se fiche de nous: la femme française moyenne fait en moyenne 1m62 pour 60 kilos. Les filles d’un mètre 80, grosses ou non, sont plutôt rares. Par conséquent, Lizzie Miller et ses copines (les fameux mannequins plus size, ces grandes duduches censées représenter les « femmes normales », les « vraies femmes ») ne représentent morphologiquement qu’une infime minorité, je ne sais pas moi, les basketteuses qui ont arrêté le sport, peut-être. La femme moyenne, certainement pas.

    Le phénomène s’accompagne, comme tous les délires idéologiques, d’une certaine agressivité, et d’une bonne dose de mauvaise foi. Les médecins, qui vous expliquent qu’une femme en bonne santé ne peut pas faire le poids d’un hippopotame sont d’odieux charlatans au service de Slim Fast. Celles qui ne se reconnaissent pas dans les formes, à vrai dire monstrueuses, de Tess Holliday sont des idiotes endoctrinées. Quant aux filles menues, on les traite de planche à pain, et il est bien entendu qu’elles ne représentent pas les vraies femmes. Car bien sûr, ceux qui se plaignent de stigmatisation sont toujours les premiers à emmerder les autres dès que le vent tourne un peu.

    Propagande oblige, on réécrit également l’histoire, avec des vidéos visant à faire croire que les civilisations passées avaient des canons de beauté semblables à ceux que l’on veut imposer. Voyez par exemple celle-ci : https://www.youtube.com/watch?v=Xrp0zJZu0a4

    La manipulation, notamment en ce qui concerne le soi disant idéal grec, est évidente. Les imbéciles ont d’ailleurs mis une statue d’Aphrodite sur la droite, qui jure totalement avec le modèle. Et ne parlons pas de l' idéal victorien. A côté de Courbet, qui aimait visiblement la viande, on trouve les Vénus bien en chair, mais proportionnées, de Bouguereau et Cabanel ainsi que les frêles figures féminines des préraphaélites. Dommage que nos contemporains, qui aiment tant les nuances, soient incapables de les voir là où elles sont.

    Changement artificiel du sens des mots, refus des réalités tangibles, agressivité systématique, réécriture de l’histoire. Le phénomène des « rondes », aussi dérisoire qu’il puisse être, réunit tous les ingrédients d’une manipulation idéologique.  

  • Un délire de psys: le syndrome d'asperger

    asperger,syndrome d'asperger,autisme,psychologie,psychologues,troubles du spectre autistique,aspis,antidépresseurs,borderline,éreutophobie,vallium,communautarisme,julie dachez,superpepette,médiatisation,geek,autismophobie,industrie pharmaceutique,diagnostic,délire

    On sait que pour les besoins de l’industrie pharmaceutique, le manuel des désordres mentaux (DSM) s’enrichit de nouvelles maladies à chaque édition. Antidépresseurs fraise tagada pour tout le monde ! On a ainsi « répertorié » des dizaines de troubles et de syndromes, plus vagues et incertains que les programmes de Hollande et de Macron réunis. Borderline, personnalité évitante, éreutophobie, j’en passe et des meilleures. Les fumeurs de joints et autres épaves qui se sont fait cuire la cervelle à coup de binge drunking peuvent ainsi retrouver une identité. « Si j’ai pas de travail ni de diplôme, c’est parce que je suis borderline vous comprenez. Heureusement je vais mieux depuis que le docteur Goldstein m’a prescrit des smarties au vallium. » Mais bien sûr.

    Rassurer les demeurés égocentriques en leur soutirant quelques sous au passage, passe encore. Faire croire aux personnes à la fois cérébrales et réservées (ce qui va souvent de pair) qu’elles sont autistes, et souffrent donc de problèmes mentaux, est en revanche un scandale. Je veux parler du syndrome d’Asperger, médiatisé par certains films, et plus récemment sur les plateaux télé et via certains reportages. En gros, si vous avez des difficultés à communiquer avec les autres, que vous êtes un peu solitaire, mais que vous adorez lire et apprendre des choses, vous êtes un taré en puissance. Pour ma part, j’ai senti qu’il y avait anguille sous roche assez vite, sans réussir à dire pourquoi sur le coup. Et pour cause, l’escroquerie est assez bien montée.

    Premier problème : pas un de ces asperger ne se ressemble. Ils ont globalement des problèmes d’élocution et des tics comportementaux, souvent un gros problème de confiance en eux et des soucis phénoménaux de garde-robe et de coiffure mais rien de flagrant ou d’universel. Même déguisé en présentateur météo, on reconnait un trisomique au premier coup d’œil. Un asperger, c’est beaucoup, beaucoup moins évident.

    En creusant un peu la théorie, d’ailleurs, on s’aperçoit que les critères de diagnostic sont incroyablement flous et variables. Beaucoup d’asperger maitrisent bien le langage, quelques-uns non. Ils ont généralement peu d’imagination, mais c’est parfois l’inverse. Certains sont en couple, d’autres n’arrivent pas à parler aux filles. Un magma de psycholoconnerie où l’on lit tout et son contraire, sans parler des « tendances » qui concernent pas mal de monde : être maladroit, harcelé à l’école ou s’intéresser aux dinosaures et aux jeux vidéo !

    La quasi-totalité des intellos/geeks peut se reconnaître plus ou moins là-dedans. Du coup, on nous diagnostique autistes asperger la moitié des inventeurs et des artistes, de Léonard de Vinci à Bill Gates. Il faut être totalement fou, en l’occurrence, pour accorder crédit à ces calembredaines. Le syndrome d’asperger a déjà des contours très flous pour un patient qui se rend en consultation. L’appliquer à des morts, sous prétexte qu’ils travaillaient du chapeau, c’est de la bêtise pure. Michel Ange était un artiste. Il avait donc une sensibilité hors du commun. Bingo, c’était un autiste asperger ! 

    Ce qui me gêne aussi dans cette affaire, c’est le communautarisme qui va avec. Forum d’aspis, associations d’aspis, dénonciation de « l’autismophobie », la totale. Des gens qui avaient leur vie propre, leur personnalité propre ne se définissent plus que comme aspergers. Des born again de la psychologie en quelque sorte. Dans le genre, une certaine Julie Dachez fait figure d’étalon. La gonzesse a plaqué son boulot et son copain depuis que son psy lui a fait croire qu’elle était trop différente des autres pour vivre normalement. Et selon elle, bien sûr, c’est une réussite. Moi, je dirais que des conneries pseudo-scientifiques, distillées au mauvais moment, ont foutu sa vie en l’air. Et vu les commentaires de ses vidéos, pas mal de gens sont de mon avis.

    Les grands spécialistes le reconnaissent eux-mêmes : « le syndrome se situe sur un continuum sans rupture qui se dissout à son extrême dans la normalité ». Autrement dit, l’autisme léger, ça consiste à être timide et intello. Tout le monde y gagne : les dealers pharmaceutiques, qui peuvent écouler leurs saloperies, les psys qui racontent des conneries à 70 euros de l’heure, et les gens qui ne correspondent pas à la norme, enfin libérés du poids de leur différence grâce à un diagnostic bidon.  

    Beaucoup disent que le syndrome d’asperger leur a apporté une explication, une grille de lecture qui éclaire tout. Depuis Dumézil…ou le féminisme…Ou plutôt le marxisme…Ah non je sais, le monothéisme, je me méfie des grilles de lecture qui fournissent une explication providentielle, unique et géniale à toutes nos questions. Regarder le monde à travers une feuille de plastique rouge, c’est bien joli, mais le monde n’en est pas entièrement rouge pour autant.

    Encore un truc pour la route : si avoir des facilités à apprendre et des difficultés à communiquer est un désordre mental, qu’en est-il de l’inverse ? La terre regorge de braves gens très sociables mais incapables de lire un livre ou de mémoriser des choses complexes. A quand le diagnostic ?

  • Féminisme et langue française

    féminisme,langue français,féminin des noms de métiers

    Depuis quelques années, les féministes, qui ne sont pas à une connerie près, essayent de faire gober aux français une série de néologismes ridicules qu’on est sommé d’accepter sous peine d’hérésie : préfète, soldate, et même… autrice (oui oui, c’est le féminin d’auteur). En dépit de leur agressivité habituelle, d’une exposition médiatique importante de leur théories fumeuses et du soutien d’un certain nombre de ministres (ou devrais-je dire : de ministresses) il faut avouer que les français sont plutôt réticents.

    Loin de moi l’idée de me réclamer de l’académie française, remplie de vieux croulants de moins en moins lettrés. Mais on sent bien qu’il y a un problème, et qu’en dehors du microcosme politico-médiatique, personne ou presque ne se risque à utiliser ces nouvelles formes. Pour quelles raisons ? Nos idéologues de service ont bien sur des réponses toutes trouvées : sexisme endémique de la société, poids des traditions patriarcales, voire carrément sexisme de la langue française. Ben voyons.

    Une chose semble échapper à tous ces beaux esprits : en français comme ailleurs, on ne forme pas les mots comme on veut. Tout cela obéit à l’histoire de la langue et à des règles internes qui ont leur cohérence et n’ont rien à voir avec la domination patriarcale. Le suffixe –esse par exemple, qu’on trouve dans le féminin prophétesse, remonte, par l’intermédiaire du latin, aux féminins grecs en –issa, dérivés de basilissa, la reine, un mot hellénistique créé pour éviter les confusions de l’ancien mot, basileia, qui pouvait aussi signifier la royauté. Je ne connais pas assez la linguistique et l’histoire de la langue française pour dire en vertu de quoi certains mots ont pris ce suffixe et d’autres non, mais mon petit doigt me dit que ça n’a rien à voir avec la domination masculine et « l’outrecuidance phallique ».

    Histoire de rire un peu, voici d’ailleurs un superbe exemple d’ignorance crasse, entendu sur France 24 dans l’émission Actuelles. Le « féminicide ». Homicide étant, dans l’esprit de ces débiles le meurtre d’un homme. Pas de bol, homicide vient du latin homo, qui désigne l’être humain en général (une femme pouvant parfaitement dire « homo sum », même chez le très machiste Juvénal). L’homme, avec un service trois pièces, c’est vir (qui a donné le mot viril, si détesté par nos  militantes du progrès). D’où l’absurdité de ce néologisme, qui finira oublié dans les musées de la connerie féministe.

    Second problème : on ne change pas une langue par décrets. C’est l’usage des locuteurs qui décide du destin d’un mot. Si le français moyen considère que le mot « soldate » est ridicule, et pas les mots « tueuse » ou « actrice » il en a le droit. Ça s’appelle le sentiment qu’il a de sa langue, et aucun sectaire, même avec un doctorat de linguistique, ne peut le sommer de parler de telle ou telle manière.

    On se demande bien d’ailleurs où les « linguistes féministes », comme Edwige Khaznadar, dont les ¾ des considérations et des références bibliographiques ne sont pas linguistiques, mais idéologiques, ont bien pu avoir leur diplôme. Elle non plus n’a pas compris que le mot homme veut avant tout dire « être humain » et que s’il désigne aussi l’individu de sexe masculin, c’est en fonction de processus séculaires très complexes qu’on ne saurait expliquer par des considérations morales. Mais qu’importe l’histoire et l’étymologie, notre brave dame fait des enquêtes chez quelques dizaines de gugusses et croit pouvoir ainsi cerner le « vrai sens » du mot. « Vrai sens » ? C'est-à-dire ? Ce mot, comme beaucoup d’autres, a plusieurs sens, qui varient en fonction des époques, des régions, des personnes… En vertu de quoi le sens étymologique, qui en outre est le plus abstrait et général, serait illégitime ? On croit rêver.

    Le monde a besoin de savants armés d’une méthode rigoureuse, non d’idéologues qui pensent que leurs diplômes rendent scientifiques leur prêchi-prêcha moral. Tout ce qui sort de la bouche d’un historien n’est pas science historique. Les historiens de gauche et autres linguistes féministes feraient bien de s’en aviser.

     

    Pour aller plus loin, je vous conseille notamment l’article d’Antoine Meillet « le nom de l’homme » disponible ici :

    http://ctlf.ens-lyon.fr/t_voirtexte.asp?num=1040&fic=5314_fr_Meillet_1_T16&aut=Meillet, Antoine&txt=1&hd=1

    Ceux qui auront le courage de lire ce texte, probablement affreusement sexiste, constateront qu’il est basé sur une science beaucoup plus solide que la bouillie idéologico-moraliste de Mme Khaznadar et ses compères. Que M. Meillet n’avait pas besoin de faire des micro-trottoirs avec un dessin de femme préhistorique pour constater que « pour le sentiment d'un Français du peuple, le mot ‘homme’ désigne avant tout l'opposé de la femme. » Et qu’en outre, le double sens du mot homme en français n’a rien à voir avec la « mentalité archaïque », puisque c’est une innovation du français et de l’anglais par rapport aux langues indo-européennes plus anciennes (latin, grec, germanique, sanscrit…)

  • L'université, antre de la connerie

    professeur,université,connerie,pseudo-savant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dites-vous « narration autodiégétique » plutôt que « récit à la 1ère personne » ? Parlez-vous de « paradigme » plutôt que de « modèle » ? Le jargon pseudo-savant de la sociologie et de l’anthropologie culturelle a-t-il pour vous des attraits cachés ? Vous êtes fin prêt à intégrer l’université et son ramassis de guignols.

    Bon j’avoue, pour quelqu’un qui a bac+5, se moquer de l’enseignement supérieur, c’est comme dénoncer la malbouffe en ayant mangé chez Mc Donald de 15 à 25 ans. Mais quand même, y a un moment où l’on se rend compte qu’on avale de la merde. Moi, les doutes ont commencé quand j’ai vu un mec débiter une conférence en anglais devant un auditoire qui n’en comprenait pas un mot. Ou peut-être le jour où j’ai entendu une prof se plaindre de l’orthographe d’élèves qui mettaient -ent au bout des noms et -s au bout des verbes, en 4ème année. Non attendez, c’est quand on m’a dit de mettre une bibliographie en allemand, même si je n’en lisais pas un mot. Ou une autre fois encore, qui sait ?

    La connerie universitaire actuelle est incommensurable. La plupart de ces éminents professeurs n’ont absolument aucune culture générale. Ils se cantonnent à un tout petit domaine, dans lequel ils sont surs de régner en maîtres, étant à peu près les seuls à s’y intéresser. On est à des kilomètres des intellectuels de jadis, d’une authentique vie de l’esprit. La plupart de ces grands spécialistes n’auraient pas un mot à dire sur la littérature ou l’actualité. Les lettrés de l’antiquité en crèveraient de rire.

    L’université écrit beaucoup. Elle a presque plus d’auteurs que de lecteurs. Et pour cause, la ratatouille qu’elle produit en masse est à peu près illisible. Dans le genre, je vous conseille la prose de Pierre Brulé ou de Claude Calamme. Les titres à eux seuls donnent le ton : « Comment percevoir le sanctuaire grec ? Une analyse sensorielle du paysage sacré » ou « Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque ». J’adore le polythéisme antique et la poésie, mais je ne lirais pas ces cochonneries verbeuses pour un empire. Vous croyez le bon Cléomène mauvaise langue ? Allez voir par vous-même les articles (récents) d’un site comme Persée. Le nombre de coquilles dans ces pages jargonneuses ne peut vouloir dire qu’une chose : non seulement la plupart de ces rigolos ne se relisent pas, mais personne ne les lit.

    En bref il nous « semble falloir parler » (comme disent les savants) d’un véritable ramassis d’andouilles. Leur nombre même en est témoin : les campus occidentaux fabriquent des dizaines de milliers de professeurs, des dizaines de millions de diplômés. On ne produit rien de bon à une échelle aussi massive. L'université, c’est comme les chocolats Léonidas : l’excellence pour ceux qui ne connaissent que de nom, de la merde pour les connaisseurs.

  • Séduction, piège à cons

    séduction,piège à cons, connerie certifiée

    Dans les sociétés équilibrées, le paysan trousse allègrement les paysannes après leur avoir compté fleurette et les gens évolués invitent des filles légères pour les tringler moyennant finances. Actuellement, on voudrait que tout le monde drague, et évidemment, ce truc de beau gosse pauvre ne peut pas convenir à tout le monde.

    Mai 68 s’en foutait des grosses moches et des garçons timides. C’est ce que Dany le rouge et ses compères ne vous diront jamais. Résultat : notre belle génération Y baise globalement moins que celle de nos grands-parents (même si tout est fait pour vous faire croire le contraire, de mamie qui jure n’avoir jamais vu de bite à vos meilleurs potes qui prétendent enchainer 10 filles par jour). Après l’impasse évidente des sites de rencontre (ces attrape-couillon avec 90/100 de mecs et 10/100 de faux profils féminins) un tout nouveau genre de site a pris le relai. La recette ? Vous vendre des solutions qui marchent très bien sur le papier, mais ne donneront jamais rien en pratique.

    Il faut lire Artdeseduire, SéductionbyKamal et tout le tralala pour le croire. Les 7 questions pièges du premier rendez-vous, Comment paraitre viril, etc. Comme si un mec allait devenir viril en lisant un article. Acheteurs de rêves, bonsoir. Heureusement, le jargon associé permet de se sentir malin. Kiss close, fuck close, pick up artist, friendzone, opener, j’en passe et des meilleures. De quoi pondre des phrases jargonneuses à souhait, dignes d’une thèse d’anthropologie culturelle. « Je l’ai kiss close mais je n’ai pas réussi à passer son bitch shield ! Help les mecs ! J’ai pas assez travaillé mon game ou quoi ? »

    La vérité, c’est que la séduction façon Casanova n’est pas faite pour tout le monde, pas plus que la linguistique, les beaux-arts ou le tir à l’arc. Faire croire au mec de base qu’il va réussir à chopper toutes les filles en boite grâce à de bons tuyaux, voilà du filon s’il en est, de l’attrape-nigaud toute catégorie, l’arnaque hors concours.

    En particulier, dire aux types du genre Harry Potter qu’ils doivent imiter les surfeurs/jocks/futurs éboueurs est le plus mauvais conseil imaginable, c’est se planter sur toute la ligne. Si j’ai tort, montrez-moi des introvertis/geeks/1ers de la classe qui se sont mis à chopper en boite à la chaine grâce à ces sites. Et des plombiers qui parlent le vieux persan, tant qu’on y est.

    Le pire, c’est qu’un paquet de gugusses, égarés par leur bite, tombent dans le panneau et alimentent ces sites grotesques qui vivent de la misère sexuelle contemporaine. Entre deux articles bidons, peut-être même achèteront-ils un livre ou une vidéo miracle à 100 balles pièce, qui sait ? A ce prix, votre bon Cleomenes a bien une méthode pour avoir à coup sûr un canon dans votre lit ce soir, mais par respect pour la légalité, la dignité des femmes et Najat Vallaud Belkacem, il vous laissera chercher par vous-même ce que ça peut être.