Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

femmes

  • L'imposture des rondes (et autres mannequins plus size)

     

    La perversion dans la cité commence par la fraude des mots, dit une citation, hélas non référencée, de Platon. Quel plus bel exemple que le phénomène des « rondes », lancé par divers médias depuis quelques années ? Sous prétexte de réagir aux standards, il est vrai ridicules, de la mode actuelle, qui glorifient des asperges anémiques totalement disproportionnées, divers sites internet/magazines/blogueurs se mettent à faire l’apologie de l’obésité, renommée pour l’occasion « rondeur ». Les vraies femmes, Monsieur, elles font 80 kilos ! Et encore. La fameuse Lizzie Miller, qui a fait la une d’un magazine il y a quelques années, du haut de son mètre 80 et de ses 79 kilos, ne serait pas tout à fait ronde, si j’en crois certains spécialistes. Pulpeuse, tout au plus, voire maigrichonne !

    Un rapide coup d’œil aux statistiques, en admettant que la réalité ne vous saute pas aux yeux, montre bien qu’on se fiche de nous: la femme française moyenne fait en moyenne 1m62 pour 60 kilos. Les filles d’un mètre 80, grosses ou non, sont plutôt rares. Par conséquent, Lizzie Miller et ses copines (les fameux mannequins plus size, ces grandes duduches censées représenter les « femmes normales », les « vraies femmes ») ne représentent morphologiquement qu’une infime minorité, je ne sais pas moi, les basketteuses qui ont arrêté le sport, peut-être. La femme moyenne, certainement pas.

    Le phénomène s’accompagne, comme tous les délires idéologiques, d’une certaine agressivité, et d’une bonne dose de mauvaise foi. Les médecins, qui vous expliquent qu’une femme en bonne santé ne peut pas faire le poids d’un hippopotame sont d’odieux charlatans au service de Slim Fast. Celles qui ne se reconnaissent pas dans les formes, à vrai dire monstrueuses, de Tess Holliday sont des idiotes endoctrinées. Quant aux filles menues, on les traite de planche à pain, et il est bien entendu qu’elles ne représentent pas les vraies femmes. Car bien sûr, ceux qui se plaignent de stigmatisation sont toujours les premiers à emmerder les autres dès que le vent tourne un peu.

    Propagande oblige, on réécrit également l’histoire, avec des vidéos visant à faire croire que les civilisations passées avaient des canons de beauté semblables à ceux que l’on veut imposer. Voyez par exemple celle-ci : https://www.youtube.com/watch?v=Xrp0zJZu0a4

    La manipulation, notamment en ce qui concerne le soi disant idéal grec, est évidente. Les imbéciles ont d’ailleurs mis une statue d’Aphrodite sur la droite, qui jure totalement avec le modèle. Et ne parlons pas de l' idéal victorien. A côté de Courbet, qui aimait visiblement la viande, on trouve les Vénus bien en chair, mais proportionnées, de Bouguereau et Cabanel ainsi que les frêles figures féminines des préraphaélites. Dommage que nos contemporains, qui aiment tant les nuances, soient incapables de les voir là où elles sont.

    Changement artificiel du sens des mots, refus des réalités tangibles, agressivité systématique, réécriture de l’histoire. Le phénomène des « rondes », aussi dérisoire qu’il puisse être, réunit tous les ingrédients d’une manipulation idéologique.  

  • Saint Paul, ce névrosé

     

    saint paul,paul de tarse,névrose,morale,femmes,sexe,sexualité,épître aux corinthiens,relations hors mariage,homosexualité,prostitution,puritanisme,folie furieuse

     

    Il faut bien le dire : la morale sexuelle de l’Europe, pendant plus d’un millénaire, a eu pour base les élucubrations d’un névrosé qui haïssait les femmes, le sexe, le corps et j’en passe (tout va de pair généralement), à savoir Saint Paul. 

    Sublime morale judéo-chrétienne ! Désormais, les femmes, ontologiquement inférieures à l’homme (à cause du péché originel) n’ont plus le droit de porter des bijoux, ni de beaux vêtements. Même les tresses sont interdites. Les nanas sont juste bonnes à prier et à fermer leur gueule. Et si elles restent vierges, c’est encore mieux. L’idéal de Paul, ce fabriquant de tentes qui ne sait même pas conjuguer le verbe savoir, ce sont les filles qui restent pucelles à vie et les bonhommes qui, comme lui, ne jouent jamais à la bête à deux dos.

    On va me dire mauvaise langue. Il suffit de lire la première épitre aux Corinthiens pour voir que je n’exagère rien. Dans ce texte assez amusant si on le lit de façon détachée, Paul donne toutes sortes de préceptes « moraux » à des chrétiens récemment convertis, qui, les coquins, allaient encore aux putes de temps en temps.

    Avec Paul, fini la liberté sexuelle. Les relations sexuelles hors mariage ? Interdites. Les prostituées ? Interdites. Les pédés ? Voués à la damnation. Et tout le reste est à l’avenant. Il faut toutes les ressources de l’exégèse pour transformer ces prescriptions d’ayatollah en « liberté ». Il est même dit que les femmes doivent être voilées. Du Mahomerde avant l’heure.

    On me dira que le voile était monnaie courante à l’antiquité. Mais entre le port habituel d’un voile dans la méditerranée antique et la théorisation de ce port, justifié par des raisons religieuses, en signe de sujétion à l’homme, il y a un gouffre qui n’échappera qu'aux plus abrutis.

    Les Romains, à l’époque, avaient encore la tête sur les épaules: ils ont fait décapiter ce dangereux hurluberlu dès que possible. Hélas, le mal était fait. Ce maboul avait déjà écrit de quoi bourrer le crâne de 50 générations, comme quoi le principe de précaution ne va jamais assez loin.

     

    Tribunaux religieux, femmes voilées et réduites au rang de sous merdes, interdits sexuels à foison, obsession sur la virginité et les pédés. Voilà l’œuvre morale et intellectuelle de ce Saint Paul dont les chrétiens n’osent plus lire à la messe que des morceaux soigneusement choisis. Toute lecture honnête, intégrale et non trafiquée ferait fuir les ¾ d’entre eux, et montrerait aux autres que les textes fondateurs du christianisme ne valent pas mieux qu’une fatwa pakistanaise.