Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Belles Lettres

les belles lettres,littérature classique,grec,latin,antiquité,pyrrhus,néron,empereurs romains,gilbert françois,theos,darcos,ump,chine 

 

 

 

 

 

 

 Si vous vous intéressez à l’antiquité, les éditions Les Belles Lettres ne vous sont sans doute pas inconnues. Principal éditeur français des textes antiques, elles sont en effet incontournables si vous ne voulez pas stagner à un niveau  historique digne de l’UMP (voir par exemple Darcos, grand passionné d’antiquité qui n’arrive pas à dire quoi que ce soit d’intéressant, de dérangeant. Son antiquité ne bouscule personne, c’est une Rome de musée, sans intérêt. Et encore, il est au dessus de la moyenne de ses collègues).

La politique d’édition des Belles Lettres est néanmoins très curieuse. On a vu en première page du site un livre sur l’économie nazie. Aujourd’hui, c’est sur le Titanic. Parallèlement à ça, les lacunes du catalogue sont édifiantes : une recherche sur Pyrrhus, par exemple, ne donne rien. Sur la plupart des empereurs romains, pas de travail moderne disponible. Pour Néron, à part les textes antiques, on a deux romans historiques… Certains ouvrages de leur catalogue, aujourd’hui épuisés, ne sont pas réédités (je pense par exemple à l’ouvrage de Gilbert François, de 1957, traitant de l’usage du mot theos dans la littérature grecque préchrétienne, qui serait précieux pour éviter des erreurs de traduction et de compréhension monumentales, et démonter certaines récupérations idéologiques). Même les éditions d’auteurs antiques restent très incomplètes, et lorsqu’elles existent, sont souvent datées. Pas dérangés le moins du monde par ces vides aberrants, les cocos se mettent à éditer des classiques chinois.

Bref, on a l’impression d’avoir affaire à un boulanger qui vend essentiellement des fruits et des légumes...

Écrire un commentaire

Optionnel