Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les mathématiques: utiles au quotidien ?

éducation,mathématiques,latin,grec,littérature,philosophie,humanités,pythagore,thalès,sarkozy,enseignement

 

 

 

L'un des arguments majeurs de ceux qui dénigrent les humanités consiste à vanter l'utilité des mathématiques, et à blamer l'inutilité, au quotidien, de la littérature, du latin, du grec, de la philosophie et j'en passe.

 

C'est oublier que les programmes de mathématiques enseignés à partir de la cinquième, voire avant,ne servent strictement à rien au jour le jour, pour la plupart d'entre nous. Qui utilise les théorèmes de Pythagore et de Thalès ? Qui a besoin de la trigonométrie pour vivre ? Combien de français ont besoin de faire des équations à deux inconnues une fois leurs études finies ?

 

Cette histoire d'utilité des mathématiques au quotidien est donc une tartufferie intégrale. Il est important de savoir faire les quatre opérations de base, de connaître les figures géométriques, de savoir ses tables de multiplication. Le reste est largement aussi "superflu", pour le citoyen lambda, que n'importe quelle connaissance littéraire, historique ou philosophique.

 

J'irais plus loin. Alors que les humanités ne cessent de décliner , grâce aux gouvernements successifs de gauche comme de droite (qui y voient respectivement une culture bourgeoise et élitiste facteur d'inégalité, et des disciplines inutile qui ne servent à rien, comme disait notre auguste ami Sarko, "pour ouvrir une banque et gagner du pognon"), et que les français sont de plus en plus privés de repères culturels et identitaires, est-on bien sur qu'il soit plus utile de calculer une intégrale que de connaître l'histoire romaine ou la littérature française ?

 

 

Commentaires

  • Les mathémathiques au collège sont pourtant bien moins importantes en matière de nombres d'heures que le français et l'histoire (4h de maths pour 3h d'histoire + 4 de français sans oublier qu'a partir de la cinquième on peut choisir Latin).

    Et s'il est vrai que peu de gens se servent des maths enseignées au collège, il faut admettre que peu de gens se servent de ce qu'ils ont appris au collège en général. J'ai appris a parler espagnol de la quatrième a la terminale, aucun souvenirs et pourtant ça date d'il y a 3 ans a peine.

    Je crois qu'il n'est malheureusement pas forcément utile dans la vie de tout les jours, ni de savoir calculer une intégrale ni de connaitre l'histoire romaine ou la littérature française. Les deux sont important pour qui s'y interesse, en matière de culture générale ou pour son travail.

    Mais dénigrer l'un pour l'autre n'est pas très judicieux dans un sens comme dans l'autre. Car aussi importantes que peuvent être ses deux disciplines elles restent pour moi potentiellement inutiles dans la vie de tout les jours pour le citoyen lambda. :)

  • L'histoire romaine est en effet aussi inutile pour la vie quotidienne que la trigonométrie. Que tout le monde admette que les mathématiques et les humanités sont au même niveau sur ce point serait déjà un pas de géant... Car le déclin de l'enseignement des humanités prend en grande partie sa source dans le préjugé selon lequel ces matières seraient moins utiles au quotidien que les disciplines scientifiques.

    Sur le plan sociétal et démocratique en revanche, je pense que les humanités sont plus formatrices que les mathématiques (qui ont leurs avantages dans d'autres domaines évidemment). On peut être français et bon citoyen sans avoir des notions de géométrie. Sans connaître sa langue, son histoire, etc, ça me parait beaucoup plus difficile.

  • Oui je suis d'accord avec ton point de vue. Enfin même si c'est des préjugés au final a mon avis c'est pas ça qui fera changer les choses dans le milieux scolaire.

Écrire un commentaire

Optionnel