Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une conception très spéciale de l'intelligence

Ces derniers temps, l’autisme est de plus en plus médiatisé. Emissions, reportages, débats défilent à la chaine. On nous y explique que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger, sont parfois des génies, mieux, qu’un nombre considérable de génies étaient des « Aspis ». En clair, ces autistes de haut niveau ont une intelligence supérieure à la moyenne.

A l’appui, on nous expose les capacités de mémorisations sidérantes de certaines de ces personnes (retenir les 20 000 premières décimales du nombre pi, retenir quasiment par cœur des milliers de livres…), ou leur aisance à résoudre des problèmes mathématiques.

Toute l’erreur ici, selon moi, est de considérer que cette mémoire d’éléphant, et cette intelligence d’ordinateur serait synonyme d’intelligence supérieure, et même  de génie. De croire que le cerveau idéal fonctionne comme une sorte de disque dur, qui mémorise tout ce qui lui passe devant les yeux.

Pour ma part, je ne conçois pas de génie qui ait un manque d’imagination, des difficultés à s’intéresser aux autres, qui ait du mal à percevoir le second degré, l’ironie, l’humour en général. Ces critères me semblent infiniment plus importants pour définir l’intelligence que la capacité à résoudre un problème mathématique ultra-complexe, ou à trier des nombres premiers. Ou alors, il faut reconnaître que mon pc, et même ma calculette sont des génies, et que les grands poètes, conquérants, législateurs de l’humanité, qui étaient probablement incapables de telles performances intellectuelles, n’en étaient pas.

Quoi d’étonnant, d’ailleurs, si notre époque, de plus en plus informatisée, mécanisée, mathématique, amoureuse de la performance valorise cette conception de l’intelligence ?

Ce jeu médiatique est d'autant plus néfaste que la plupart des autistes, et des asperger, ne cadrent pas avec le profil du héros de Rain man, et se voient donc coller une étiquette qui ne leur correspond pas, comme l'explique très bien un article sur le sujet : « Non tous les autistes ne sont pas des génies »

http://informations.handicap.fr/art-handicap-1-5643.php

 

Commentaires

  • Le problème c'est surtout que la télé raconte nimporte quoi.
    Non, pardon, le problème, c'est que des gens regardent la télé.
    Rappelle-moi où tu as apprit des choses sur l'autisme?
    Dans une table ronde sur le DSM-V je suppose?

    Le mot aspie peut selon la personne à qui tu parle renvoyer aussi bien à la la douance qu'à l'inaptitude sociale. Il est souvent employé pour désigner les aspergers, pas toujours et peut avoir d'autres sens. L'autisme est une notion floue et mal comprise par les nons professionnels. Tout le monde sais ce qu'est l'autisme mais personne n'est capable d'expliquer ce que c'est sans l'avoir étudié plusieurs années.
    Alors quand tu est un journaliste, que ton truc c'est la com et que tu dois pondre un reportage politiquement correct sur ce sujet en trois heures et que tu sera jugé sur l’audience, tu as tendance à dire des bêtises.

    L'autisme est un trouble de la communication, Asperger est un autisme sans trouble de la communication. La manière de l'étiqueter ne fait pas vraiment consensus.

    Pour faire court: un autiste ça bave et sa se secoue d'avant en arrière. Et non, ça n'est pas intelligent. Il y a des autistes de bas niveau qui le sont. Il y a des quasiment pas autistes qui sont juste surdoués, mais les autistes restent des attardés avec parfois une sorte de super pouvoir.
    Les doués peuvent l'être en mémoire comme en compréhension. On en vois de temps en temps l'un ou l'autre nous sortir de nouvelles équations en maths ou ce genre de chose. On ne les vois pas prendre position dans l'économie ou la politique parce qu'ils se fondent dans la masse.

    Asperger, c'est comme le bipolaire ou la dépression, c'est une véritable maladie qui est devenue à la mode et dont tout le monde se revendique à la moindre occasion.

  • "Rappelle-moi où tu as apprit des choses sur l'autisme?
    Dans une table ronde sur le DSM-V je suppose? "

    En écoutant des reportages à la télé(dans lesquels pas mal de psy interviennent), et en surfant sur des sites communautaires. J'allais pas passer un doctorat là dessus non plus...


    "L'autisme est un trouble de la communication, Asperger est un autisme sans trouble de la communication. "

    Je me suis arrêté là. Les Aspergers ont bien évidemment des problèmes niveau communication, même s'ils maitrisent généralement très bien la langue écrite.

Écrire un commentaire

Optionnel