Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape françois à Lampedusa

pape françois, lampedusa, immigration, italie, christianisme, capitalisme, appat du gain, Marx

François 1er (le pape, pas l’autre) est passé à Lampedusa récemment. Pas en tant que réfugié, rassurez-vous ! Il nous a joué une belle comédie socialote en moralisant ses brebis sur l’affaire des pauvres africains venus de loin. Il a dénoncé le culte du bien être et l’indifférence. C’est vrai que d’un point de vue chrétien, risquer sa vie (sacrée aux yeux de Dieu parait-il), juste pour vivre plus richement, c’est pas joli joli. Placer ses espoirs dans une vie meilleure (belle maison, belle bagnole, bonniche et cie, tout l’idéal du capitalisme quoi), sur cette terre, sans attendre l’au-delà, c’est pas super orthodoxe non plus. Mais où va-t-on, je vous le demande ? Ô tempora ô mores, j’en passe et des meilleures ! V’la pas que le pape passe l’arme à gauche ! Il est devenu communiste ou quoi ? Fin remarquez, il s’adresse aussi aux damnés de la terre. Au moins un point commun avec Marx. Ça marche à tous les coups ce truc là.

Les chrétiens de la belle époque, ils partaient à l’aventure en terre sainte après avoir hypothéqué leurs biens. Mais si, les croisades merde, me dites pas que vous n’avez pas vu ça à l’école. Ils ont supprimé Napoléon du programme ou quoi ? Ah ok, pardon. Enfin, avouez que ça a plus de gueule de risquer tout ce qu’on a pour défendre son idéal les armes à la main, plutôt que de donner 1000 balles à la mafia pour devenir pizzaiolo à Nantes ou à Marseille. Chaque époque a les idéaux qu’elle mérite, pas vrai ?

 

Écrire un commentaire

Optionnel